Mousse polyuréthane ou autre solution pour son isolation ?

29 avril
Auteur(s): Céline_BDD


Mousse polyuréthane ou autre solution pour son isolation ?

Si les mousses HFO projetées (Ycinène, Demilec, Elastochem...) sont plus écologiques que les HFC, elles ne sont encore pas LA solution.


Mousse polyuréthane ou autre solution pour son isolation ? / iStock.com-photovs

Mousse polyuréthane projetée

Leur origine pétrochimique et leur mauvais bilan ’énergie grise’ ne les classe pas en haut du podium en matière d’isolation (à titre d’exemple, la fabrication d’ouate requiert ainsi 10 fois moins d’énergie grise que la mousse). Pour autant, la mousse polyuréthane projetée HFO peut toutefois être UNE solution dans certains cas. Éligible à des programmes d’aides, elle est en effet :

  • Idéale pour isoler des espaces confinés ou difficiles d’accès.
  • Parfaitement adaptée pour les supports non perspirants (sinon remontées capillaires) et les espaces non habitables (comme toutes les mousses, elle est inflammable).
  • Plus accessible financièrement que les solutions toutes écologiques pour la même qualité d’isolation...

Isolants respectueux de l’environnement et performances

Choisir un isolant local exempt de pétrochimie, c’est faire le choix du développement durable. C’est aussi anticiper les normes à venir et agir pour l’environnement.

À base d’écomatériaux ou issus de la biomasse (végétale ou animale), les isolants ’bio-sourcés’ sont aujourd’hui très nombreux sur le marché de l’éco-construction. Du journal recyclé jusqu’aux panneaux de déchets de bois en passant par les laines d’origine animale, végétale ou encore la paille, le chanvre, le liège et même le textile recyclé, il y en a pour tous les goûts (et les budgets !).

La Fédération Française du Bâtiment (FFB) en dénombre à peu près une vingtaine. Les plus utilisées étant sans conteste : la fibre de bois, l’ouate de cellulose, la laine de chanvre ou de coton.

Dans le large panel des isolants bio sourcés, la fibre de bois remporte la palme pour ses hautes performantes thermiques et acoustiques.

On l’utilise aussi bien pour isoler des combles que des murs intérieurs ou extérieurs (ITE) et même une toiture (sarking)..

Autres solutions d’isolation écologique : laines en fibres de coco, lin ou mouton, écorce de chênes-lièges (ou recyclage de bouchons), chènevotte (copeaux de chanvre + chaux aérienne), paille en bottes ou avec un enduit terre, mix de matériaux, textiles usagés...

Les études montrent que ces isolants possèdent peu ou prou les mêmes performances thermiques et acoustiques que la mousse polyuréthane projetée et autres isolants conventionnels (laines de verre, de roche...). Leur coefficient de conductivité thermique (λ) se situe en effet entre 0,036 et 0,04. Favorisés par la réglementation, ces isolants durables, recyclables et sans effet pour la santé combinent les atouts. En effet, ils :

  • ralentissent aussi les transferts de chaleur (= déphasage) ;
  • ont un pouvoir de régulation hygrométrique favorisant le bien-être des occupants.

Vous l’aurez compris, la mousse polyuréthane projetée n’est pas la seule solution en matière d’isolation. Les isolants biosourcés sont aujourd’hui de plus en plus utilisés en éco-construction. Le label ’matériau bio sourcé’ porté par Karibati, une entreprise innovante membre du réseau national d’accompagnement du CSTB, garantit le respect des performances annoncées. Il ne reste plus qu’à faire votre choix entre toutes les options en fonction de vos convictions, mais aussi votre porte-monnaie !

Connexion

Inscrivez-vous gratuitement !

A découvrir

Précédent Suivant

Le sondage du moment

L’automne arrive, qu’allez-vous faire dans votre jardin ?