La phyto-épuration, interview de M. Gaetan Cailleau

26 septembre 2008
Auteur(s): bricoleurdudimanche


Interview de Gaëtan Cailleau sur la phyto-épuration.

Interview de Gaëtan Cailleau sur la phyto-épuration.

Pour en savoir plus sur la phyto-épuration, BricoleurDuDimanche a interrogé Gaëtan Cailleau, un consultant environnemental qui en connaît long sur la question.


Comment fonctionne la phyto-épuration ?

La phyto-épuration est une épuration par les plantes aquatiques. Ces plantes sont placées dans des bassins enterrés qui sont remplis de galets et de pouzzolane, une roche volcanique bien connue des systèmes d’assainissement. Ces roches sont microporeuses, c’est là que se nichent les bactéries aérobies qui vont transformer toutes les matières organiques en matières minérales que les plantes vont pomper pour se développer. A l’entrée du système, il y a un filtre à paille qui va piéger les plus gros morceaux et un peu de graisse. Puis viennent les bassins qui vont se succéder par niveaux. Le premier niveau est constitué de deux bassins (à flux vertical ou horizontal) qui fonctionnent en alternance. Le second niveau et tous ceux qui vont lui succéder sont des bassins de type horizontal. On peut rajouter en fin de système une mare qui agrémente l’ensemble de la phyto-épuration, tant d’un point de vu esthétique qu’écologique. Ce système se couple de préférence avec l’utilisation de toilettes sèches, ce qui élime 80 % de la charge de pollution et diminue le dimensionnement des bassins.

Comment faire accepter son projet par la législation ?

Il existe un tas de systèmes qui sont déjà en place grâce à la dérogation accordée par les maires. Les SPANC (Service Public d’Assainissement Non Collectif) sont à l’écoute de ce système d’assainissement malgré quelques dérapages selon les régions. Un système d’analyse des eaux en sortie du dernier bassin est préférable pour justifier la légalité du système puisqu’on ne pollue pas. Ce sont les eaux qui sont rejetées dans l’environnement qui risquent d’être polluantes. Si celles-ci sont en dessous les normes, votre système est juste et valable.

Comment mettre en place son projet de phyto-épuration ?

Ce système s’installe facilement en auto-construction. L’association Eau Vivante favorise sont installation par la proposition de stages. Il est ensuite facile de l’installer chez soit en cinq jours pour un coût de 1000 euros en moyenne. Il est aussi possible de faire appel à des entrepreneurs qui fournissent une prestation complète sur la phyto-épuration.

Comment entretenir son installation ?

Tous les quinze jours, il faut échanger la vanne qui amène l’eau au premier bassin pour qu’il y ait une alternance de circulation dans les bassins et la paille a changer dans le filtre. C’est surtout dans les racines des plantes qui stockent les éléments minéraux (Azote, phosphore, etc.). L’entretien annuel du système se fait par démultiplication des plantes. Il faut donc garder les plantes bien réparties dans l’espace pour qu’elles occupent le volume pendant leur développement.

La phyto-épuration c’est aussi la joie de participer à la remise en forme de notre écosystème terrestre et aquatique. Bonne découverte et bonne lecture sur le net.

Gaëtan CAILLEAU.

Retour à l’article.

Connexion

Inscrivez-vous gratuitement !

A découvrir

Précédent Suivant

Le sondage du moment

Bonnes résolutions bricolage 2021
43 % Je range et je trie le bazar dans mon garage (6)
36 % J'arrête de remettre à demain les petites réparations (5)
21 % Je bricole avec plus de matériaux écolos (3)

14 Votes

Connectez vous pour voter !
Voir les autres sondages.