23 décembre 2021
Auteur(s): Marteau41


Doit-on choisir le chauffage au gaz ?

Chauffage au gaz, au bois, électrique... ? Pas si facile de faire le bon choix ! Un petit topo pour vous aider à y voir plus clair et vous chauffer au meilleur prix.


Doit-on choisir le chauffage au gaz ?

Le chauffage, un budget trop important pour de nombreux Français

Marronnier journalistique, le chauffage est loin d’être un sujet anodin pour les Français. D’après une récente étude Effy, la facture s’élèverait à 1 684 €/an, soit plus d’un mois de salaire au SMIC ! Ajoutez-y un pouvoir d’achat en berne, un prix de l’énergie en constante augmentation... et trouver le chauffage le plus économique n’est pas de tout repos. La promesse à l’arrivée d’argent mieux dépensé (loisirs, équipements...) n’est pas forcément tenue. Toutes les études l’affirment : se chauffer au gaz revient moins cher qu’au fioul et à l’électricité (à surface égale bien entendu !) : 11 € contre 15 et 16 € ! Le bois est quant à lui la source d’énergie la plus rentable : 9 €/m².

Le chauffage au gaz, une solution économique avec le bois à condition...

Opter pour une solution de chauffage à petit prix ne sert à rien si votre maison est une véritable passoire thermique ! Vous l’aurez compris, qui dit chauffage à bas coût, dit maison bien isolée. La première chose à faire si vous voulez faire des économies, c’est traquer l’air froid.

De bien isoler son logement

Si la toiture est la première source de déperdition thermique (25 à 30 %), ce n’est malheureusement pas la seule. Des murs mal isolés, c’est 20 % de chaleur pour l’extérieur ! Tout comme le renouvellement de l’air et les fuites. Les fenêtres : 15 %. Sans oublier dans ce triste constat les ponts thermiques aux jointures, aux planchers... Changer de mode de chauffage sans isoler son habitation est un véritable non-sens. Le saviez-vous ? Ma PrimeRénov’ a été reconduite en 2022. Profitez-en ! Les démarches ont été en plus simplifiées avec la création d’un nouveau service public spécialement dédié à la rénovation énergétique : ’France Rénov’. Au programme : accompagnement technique, juridique, social, financier... sur tout le territoire avec 450 guichets de proximité (janvier 2022). Au total : une aide de près de 50 % du coût des rénovations dans la limite de 30 000 euros, cumulable avec d’autres primes comme le « Coup de pouce rénovation performante ». Une condition : un gain énergétique de 35 % minimum. Informez-vous dès à présent auprès de l’Anah.

De choisir un équipement en adéquation avec ses besoins et ceux de la planète

Dans les petits volumes, le radiateur électrique à inertie haut de gamme avec thermostat programmable est une bonne solution pour alléger sa facture. En plus, c’est très simple à installer. Par contre, dans une maison de 150 m² c’est une aberration. Pour l’environnement, bannissez le fioul. Issue du pétrole, cette énergie est très polluante et chère ! De plus, les chaudières au fioul seront bien interdites ! Oubliez. Le gaz est une bonne option pour les gros volumes et les logements anciens. Pour le neuf, le chauffage au gaz est désormais interdit (réglementation environnementale 2020). L’objectif : encourager l’emploi des énergies renouvelables au détriment des énergies fossiles (charbon, gaz naturel, pétrole) pour parvenir à la neutralité carbone (horizon 2050).

Pour conclure...

S’il est toujours possible dans l’ancien de faire installer une chaudière à gaz à condensation THPE, les aides sont réduites et vouées à disparaître très vite : 1200 € contre 2 à 4 000 € pour une PAC air-eau par exemple. Privilégiez, même pour une vieille bâtisse, les énergies renouvelables. Ça valorise votre bien et c’est mieux pour l’environnement. Mais avant, identifiez les points faibles de votre logement avec un diagnostic thermique (coût : environ 300 €). Bonne rénovation.

Connexion

Inscrivez-vous gratuitement !

A découvrir

Précédent Suivant

Le sondage du moment

Au potager, vous êtes plutôt…