Passionnés de bricolage ? Recevez toutes les semaines notre newsletter pour plein d'astuces, conseils et vidéos !

Ma newsletter
Auteur(s): bricoleurdudimanche

Bois cordé, interview d’un spécialiste


Bois cordé, interview d’un spécialiste

Pour vous en dire plus sur le bois cordé, Didier Calcagno a accepté de se livrer à un petit jeu de questions/réponses :


Quelles sont les qualités requises pour se lancer dans la construction en bois cordé ?

Maison en bois cordéSi vous entendez, par cette question, quelles sont les qualités requises de « l’auto-constructeur type » bois cordé, souhaitant s’investir dans cette formidable aventure que représente la construction de son chez soi, je dirais, en tout premier lieu, croire, dur comme fer, en ses propres capacités et surtout, surtout prendre son temps pour peaufiner son projet. Le bois cordé demande, avant toute chose, un gros travail de préparation du bois (écorçage, séchage dans les meilleures conditions possibles, etc...). La construction du mur en lui même demande également beaucoup d’attention et de minutie au niveau de la finition (je ne répèterais jamais assez l’importance de cette partie du travail qui consiste à lisser du mieux possible le mortier autour des bûches). Son élaboration est beaucoup plus lente que la construction d’un mur en parpaing (mais peut on comparer ?) : il faut en effet compter quelques mètres carrées par jour si vous êtes seul.

Quelles sont les erreurs à éviter sur ce type de projet ?

La construction d’un mur en bois cordé demande avant toute chose un travail très soigné au niveau de la phase de lissage (il vaut mieux aller moins vite que de bâcler cette partie du travail). Dans certains ouvrages sur cette technique, il est mentionné que le bois cordé peut être structurellement porteur (c’est vrai). Cependant, avec le retour sur mes propres expériences, je conseillerais plutôt de prévoir une ossature bois (même légère), le mur venant alors en remplissage (ce type d’ouvrage permet de réduire les efforts structurels sur le mur (réduisant, par là même les problèmes de fissurations entre les buches) et surtout permet de prévoir une toiture à l’avance, ce qui permet par la suite de travailler dans des conditions optimales pour la construction de son mur. Un autre point important est le choix du bois, sa préparation et les conditions de son séchage ; là encore j’opterais pour un compromis. Si les bois tendres sont certes préférables en termes de qualité isolantes, ma préférence ira sans nul doute vers le châtaignier pour les raisons suivantes : bonne résistance aux attaques d’insectes et écorçage enfantin (à côté de cela l’écorçage d’un résineux comme le mélèze représente vraiment un enfer, surtout si on le réalise soi-même... vécu personnel). L’acacia (robinier faux acacia) pourrait représenter également un très bon compromis en terme de durabilité, bien que son comportement soit plus aléatoire dans une structure bois-mortier (l’acacia étant un bois très nerveux). Je ne connais pas d’auto-constructeur ayant opté pour cette essence de bois, donc prudence (je suis en train de réaliser des tests de séchage d’acacia pour vérifier son comportement dans le temps). Les conditions de séchage doivent être quasi parfaites (les bâches agricoles sont à proscrire impérativement car elles favorisent la condensation, préférer les tôles ondulées). Les bûches de bois devant être mises au séchage, aux dimensions du mur, au moins trois années. Un autre point à ne pas négliger non plus, sont les cadres devant recevoir les ouvertures : ils devront être renforcés au maximum afin d’éviter des déformations (ne pas hésiter à prévoir des épaisseur de 5 à 8 cm) : cette partie du travail vous sera facilitée si vous optez pour une ossature bois, les cadres pouvant alors être prévus dans la structure. Pour terminer, je vous conseillerais néanmoins de prévoir des débords de toit pour protéger votre mur : plus celui-ci sera à l’abri des intempéries dans le temps, meilleur sera son comportement (cela est important pour réduire au maximum les fissurations entre les bûches (vous en aurez inévitablement, alors autant les réduire au maximum).

Quelles sont les économies réalisées lorsque l’on opte pour le bois cordé ?

Le bois cordéA l’époque où j’ai construit ma maison (1996), le coût de construction de mon mur en bois cordé m’est revenu à environ 270 francs TTC/m² (41 euros) fini (avec 20 cm d’isolation, du chanvre en vrac). Au niveau des économies, il me paraît difficile de comparer un mur composé de matériaux sains et parfaitement recyclables avec des matériaux classiques en construction dont le coût de revient sera peut être moindre mais qui s’avèrent discutables en termes de santé et d’éco-bilan. Si le bois cordé permet de réduire les coûts de construction, en revanche il demandera un investissement important en terme de main d’oeuvre (à chacun de voir s’il est capable d’assumer cela).

A combien de temps estimez vous un chantier en bois cordé pour une maison d’environ 100 m² ?

Comptez environ trois mois à deux personnes (cinq jours par semaine) pour une surface de 170 m² en bois cordé.

Quel serai le coût de revient moyen d’une maison de 100 m² (sans compter le second œuvre ni la toiture) ?

100 m² (c’est ce que fait, à peu près, ma maison) représentent environ 170 m² de murs en bois cordé, pour un coût total de 50000 francs, soit 7600 euros. Là dessus il faut compter le prix des ouvertures (environ 15000 francs (2300 euros).

Quels conseils donneriez vous à un novice qui souhaite construire en bois cordé ?

Tout d’abord, allez visiter une maison en bois cordé, discutez avec les propriétaires, afin de savoir si ce type de construction correspond vraiment à vos attentes. Si vous êtes en couple, n’oubliez pas que votre projet se construit à deux et nécessitera, sans doute, de gros investissements personnels de la part de chacun (vous devez en être conscient). Ensuite, pensez petit et facilement réalisable par tout auto-constructeur (donc vous même), quitte à agrandir par la suite. Pensez également bio-climatique et solaire passif. Documentez-vous, participez à des stages. La technique du bois cordé demande très peu de technicité et de savoir, faire mais, en revanche, beaucoup de temps. Malgré des problèmes inhérents à sa structure même (mélange de mortier de de bois, donc risque de fissurations entre les bûches et de rétractation autour des bûches), je reste fondamentalement attaché à cette technique et reste persuadé que l’on peut arriver à très beaux résultats pour peu que l’on prenne certaines précautions de conception.

Retour à l’article.


Recommander cette page à un ami.








A découvrir sur Bricoleurdudimanche

Nos bricoleurs ont du talent !
Suivez en vidéo les aventures de nos bricoleurs : conseils, astuces et réalisations
Voir nos vidéos
Le guide de la construction maison
Plus de 190 vidéos bricolage, pour apprendre à construire sa maison soi même !
Regarder les vidéos
DIY, inspirez-vous de nos idées déco !
Pas assez de budget pour votre déco ? Découvrez nos conseils pour la créer vous-même ! Soyez créatifs !
Voir nos conseils
Construisez votre projet avec Homly You
Nous compléterons votre projet de travaux avec vous pour qu’il soit précis pour nos artisans.
Voir le formulaire
Bien se protéger des effractions
La sécurité est un élément essentiel de l’habitation, dans ce dossier découvrez les différentes solutions pour protéger vos biens.
Voir le dossier

Le sondage de la semaine

Comment décorez-vous votre maison pour Noël ?
  • J'investis dans de nouvelles décorations
  • Je recycle les décorations de l'année dernière
  • Je fabrique mes décorations moi-même
keyboard_arrow_up