13 janvier
Auteur(s): Marteau41


Sol PVC, lequel choisir et quelle est la meilleure pose ?

Le sol PVC n’est pas la solution universelle, mais il répond à des problématiques spécifiques et dans ces cas-là il est juste parfait ! Mais quel sol choisir ? Pour quel budget et surtout comment le poser ? Voilà les vraies questions !


Sol PVC, lequel choisir et quelle est la meilleure pose ? / iStock.com - Leo Malsam

Qu’est-ce qu’un sol PVC

Fabriqué industriellement à partir de granulés qui sont chauffés pour être gélifiés, le sol PVC est un sandwich de plusieurs couches de PVC dont la dernière s’appelle la couche d’usure. Le sol PVC est une appellation générique qui regroupe, le sol PVC et le sol vinyle. Dans ces gammes vous choisirez entre les dalles, les lames, les rouleaux de petite ou grande largeur. Quant à la qualité, là comme ailleurs, vous pourrez selon l’usage, trouver le pire comme le meilleur ! Cela va des revêtements de sol d’un millimètre d’épaisseur, vendus 4€ / m², aux formats les plus résistants, au prix de 40 € pour la même surface (soit un facteur 10 de prix). Tout dépend bien sûr de l’usage que vous allez en faire, de la pièce dans laquelle vous souhaitez le poser et du confort recherché !

Classement des sols PVC

Le classement UPEC permet de connaître la qualité des 4 principaux critères :

  • U pour l’usure à la marche
  • P pour la déformation du sol au poinçonnement
  • E pour étanchéité et la résistance à l’eau
  • C pour la tenue aux tâches et agents chimiques

Une note de 1 à 4 vient donner l’indication de résistance. Plus la note est élevée, plus la résistance est bonne.

Quel sol choisir ?

Nous ferons l’impasse sur l’aspect esthétique, puisque aujourd’hui vous trouverez des motifs très réalistes et très variés : bois, brique, pierre, béton, vieux plancher, coloré, uni, figuratif ou abstrait. Vous choisirez votre sol en raison du budget, mais également en fonction de la pièce dans laquelle il doit être posé, puisque les sols PVC sont prévus pour un usage précis. Si c’est une pièce de grand passage, privilégiez un coefficient U élevé. Si vous souhaitez amortir le bruit des impacts de marche, optez pour un modèle doublé d’un revêtement textile épais, et si c’est pour une salle de bain, soyez vigilant sur la compatibilité pièce humide. Commandez votre sol en rouleau de trois, quatre ou cinq mètres. Le prix est souvent plus intéressant en grande largeur. Par contre, la pose et le transport peuvent être également plus compliqués.

Lames, dalles ou rouleau ?

Si la pose en rouleau limite le nombre de raccords et donc les nids à saleté, la pose peut s’avérer plus complexe. Il faut absolument travailler dans une pièce vide, au sol parfaitement plan et propre. Voilà pourquoi de plus en plus de clients optent pour des dalles à coller ou des lames imitant le parquet. Celles-ci sont plus chères, mais faciles à transporter et à poser. Ces dernières années les grandes marques l’ont bien compris et proposent des formats « premium » à clipser aux décors très réalistes. Vous aurez ainsi, dans votre cuisine par exemple, un sol à l’imitation d’un parquet en chêne, ne craignant pas les tâches, l’usure ou l’humidité. Quel que soit le produit choisi, la pose nécessite un sol en bon état et donc peut-être un ragréage, puis une colle acrylique afin de garantir une tenue de très longue durée. La pose anciennement faite au scotch double-face n’est valable que pour de grandes surfaces posées sur des sols non glissants.

Connexion

Inscrivez-vous gratuitement !

A découvrir

Précédent Suivant

Le sondage du moment

Au potager, vous êtes plutôt…